Suresnes : Aux portes de Paris
  Google+   Instagram
English website of the Tourist Office of Suresnes   Sitio web en español de la Oficina de Turismo de Suresnes

Théâtre

Théâtre

Suresnes vous en met plein les yeux avec une programmation théâtrale d’une grande richesse. Certaines salles sont même adaptées aux malentendants.

 

Saison 2017/2018 du Théâtre Jean Vilar

Découvrez la saison 2017/2018 du Théâtre Jean Vilar de Suresnes : théâtre, danse, chant, musique, cirque... Une programmation toujours aussi riche et variée !


 

 

 

 


Octobre

 

vendredi 6 octobre à 21:00

dimanche 8 octobre à 17:00

Impromptu 1663
Molière et la querelle de l'Ecole des femmes

(répétitions)© Christophe Raynaud de Lage

 

L’histoire théâtrale a retenu « l’affaire Tartuffe », un peu moins la querelle de « l’École des femmes », qui pourtant permit à Molière de répondre à ses détracteurs, non par un texte théorique, mais par deux courtes comédies en prose, révélatrices de la puissance qu’il accorde à l’écriture dramatique et au genre comique, porteur de la jeunesse et réplique à toutes les critiques.

De cette impertinence élégante, Clément Hervieu-Léger a choisi de faire le terrain d’expression de dix-sept jeunes comédiens, tout droit sortis du Conservatoire National d’Art dramatique, instance suprême, qui les destine à une carrière brillante. C’est dans ce tourbillon, fait de cette Critique de l’École des Femmes, de l’Impromptu de Versailles et de deux autres pièces de Molière que les comédiens exprimeront leur inextinguible foi dans le Théâtre, une foi faite de doutes et de folles espérances.

 

Plus d'infos : ici.

 

 

 


samedi 14 octobre à 21:00

dimanche 15 octobre à 17:00

 


Les Italiens de l'Opéra de Paris
 

© Ula Blocksage

 

ls sont jeunes, talentueux et marqués du sceau de la virtuosité et du talent, les « Italiens de l’Opéra de Paris ».

Menés par le Premier danseur du Ballet, Alessio Carbone, au sein d’une troupe de cent cinquante-quatre parmi les meilleurs au monde, les voilà réunis dans un programme de choc où dominent la fougue et l’excellence. Le programme met particulièrement en valeur leur très exigeante technique, leur grâce et leurs qualités d’interprètes, à travers des extraits qui reflètent la richesse du répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris : de Rudolf Noureev à Roland Petit, de Maurice Béjart à George Balanchine en passant par Jacques Garnier, sans oublier le danseur et chorégraphe résident du groupe, Simone Valastro.

La présence de musiciens sur scène, un pianiste de l’Opéra et deux accordéonistes, rajoute au spectacle une touche de poésie qui émane de ces « Italiens de l’Opéra de Paris ».

 

 

 

Plus d'infos : ici.

 

 


vendredi 20 octobre à 21:00

Cotton Club

 

 

Antoine Hervé, accompagné de six musiciens d’exception, interprète en concert live, les musiques qui firent la réputation du Cotton Club et dont certaines sont les musiques du ballet Street Dance Club.

Le Cotton Club a été le premier cabaret « clandestin » à avoir propulsé le Jazz en Amérique du nord, sur fond de prohibition et de ségrégation, et à avoir contribué à l’expansion de la culture Afro-américaine à Harlem. C’est là que s’exprimait la créativité la plus débridée, celle de Duke Ellington, Dizzy Gillespie, Louis Armstrong, sans oublier Sidney Bechet. Avec le saxophone soprano, instrument plus dominant que la clarinette, il invente son fabuleux vibrato, sans oublier son style lyrique, reconnaissable entre tous. Pour ce concert, l’esprit de Sidney Bechet sera incarné par un des plus grands spécialistes du saxophone soprano, Olivier Franc.

Un concert pour retrouver l’esprit des années 20, revisité par le compositeur-pianiste, Antoine Hervé bien connu des spectateurs du Théâtre de Suresnes.

 

 

Plus d'infos : ici.

 

 


dimanche 22 octobre à 17:00

 


Paris Mozart Orchestra
 

© Gilles Mermet

 

Fondé en 2011 par Claire Gibault, le Paris Mozart Orchestra entend pratiquer l’orchestre comme de la musique de chambre. Quoi de mieux que ce programme consacré à Mozart avec le Quatuor Psophos comme ossature des cordes ?

Construit sur l’émancipation du compositeur autrichien ce concert nous fait entendre la liberté que son auteur a arrachée à ses commanditaires. Tout d’abord dans la Sérénade nocturne : de cette forme surannée, Mozart fait une véritable symphonie, démontrant son génie orchestral. Dans le Concerto en ré majeur de 1775 – interprété par Éric Lacrouts, violon solo de l’orchestre (mais aussi de celui de l’Opéra de Paris) – Mozart entraîne l’auditeur dans d’incessantes variations de tempo. Enfin, la Symphonie nº35 dite "Haffner" dans la même tonalité que le concerto, se révèle être véhémente et grandiose.

 

 

Plus d'infos : ici.

 


NOVEMBRE

 


mercredi 8 novembre à 14:30

 


Louis XIV et ses arts

 

© François Stemmer
 

 

 

On sait l’amour sincère que Louis XIV portait aux Arts, qu’il pratiquait assidûment, et le rôle qu’il leur donna jusque dans les plus hautes sphères du royaume. Un violoniste, un violiste et deux danseurs révèlent toute la magie de l’univers baroque à travers ce mini-ballet de cour inédit et moderne, jouant de l’anachronisme pour un surprenant divertissement.

 

Plus d'infos : ici

 

 

 

vendredi 10 novembre à 21:00

samedi 11 novembre à 21:00

dimanche 12 novembre à 17:00

mardi 14 novembre à 21:00

Cyrano

Il faut avoir l’optimisme chevillé au corps pour monter cette grande pièce de troupe qu’est Cyrano. Avec sa jeune compagnie, La Jeunesse aimable, Lazare Herson-Macarel a décidé de faire vivre ce festin « de mots, d’intelligence, d’énergie vitale », une véritable fête populaire au sens premier du terme, qui rassemble quarante-cinq personnages, du bourgeois au marquis, du tire-laine au pâtissier, des poètes aux soldats espagnols.

Avec Eddie Chignara dans le rôle-titre, les neuf autres comédiens et deux musiciens rythmeront ce récit pour rendre palpable l’héroïsme de Cyrano et la mélancolie de Rostand. Et défendre aussi de grandes idées de théâtre comme porter le masque pour dire la vérité, faire entendre la valeur inestimable des mots comme musique, et laisser deviner les êtres vivants, complexes, nuancés, volontaires qui ne font de l’esprit que par pudeur. Un récit de jubilation pure, tant pour l’acteur que pour le spectateur et l’acte de parler comme fin, et non comme moyen. Pour refuser comme Cyrano, les paresses intellectuelles et les résignations qui empêchent de croire à la liberté.

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

samedi 11 novembre à 18:30

dimanche 12 novembre à 15:00

Love, Love, Love

 

De Mike Bartlett
Mise en scène Nora Granovsky

Une tragi-comédie sur l’évolution de la société anglaise? des années 70 à nos jours, portrait d’une famille déconcertée, de la génération « peace and love » à la génération Y.

 

Plus d'infos: ici

 

 


samedi 18 novembre à 18:30

dimanche 19 novembre à 15:00

 


Berlin 33

© Nathalie Hervieux
 

Un « lanceur d’alerte » ! Sans craindre l’anachronisme, c’est ainsi que René Loyon qualifie Sebastian Haffner, journaliste et historien allemand né à Berlin en 1907.

Écrit à Londres entre 1938 et 1939, ce récit très populaire dans les pays de langue allemande, témoigne de la part de son auteur, d’une conscience précoce de la nature du régime hitlérien.

Faisant référence à la forme du théâtre de narration, René Loyon choisit, seul en scène, de s’arrêter sur la seconde partie du livre consacrée à l’année 1933 et à l’éclosion du monstre, devant l’apathie générale.

 

 

Plus d'infos: ici

 

 

 


dimanche 19 novembre à 17:00

 

Résister

© Nathalie Mazeas

 

Il n’est pas ici question de reconstitution historique, ni d’un état des lieux de ce que fut la Résistance. Il est ici question de l’esprit qui anima des êtres simples qui, par leur courage, le sentiment de fraternité qui les unissait, le refus de l’aliénation, le désir d’agir en liberté et la volonté de léguer un futur positif, choisirent le maquis plutôt que l’asservissement.

Reprenant des textes de Jean Cassou, René Char, Marianne Cohn, Annie Kriegel, Jean Moulin, Missak Manouchian… et dans une mise en espace de Guy-Pierre Couleau, les acteurs perpétuent le souffle et la générosité de ces femmes et hommes qui se révoltèrent contre les ténèbres. Depuis Antigone, nous savons que l’esprit de résistance parle la langue du théâtre. Alors, si le théâtre est le lieu de la représentation de la vie, c’est aussi le lieu de la parole, pour garder vivante la mémoire, véritable vecteur de justice.

 

Plus d'infos: ici

 

vendredi 24 novembre à 21:00

dimanche 26 novembre à 17:00

De la démocratie

© Pierre Grosbois

 

 

La démocratie, comme système politique et ensemble de valeurs, n’a jamais été aussi répandue qu’aujourd’hui. Dans le même temps, les sociétés dont elles sont issues traversent une crise existentielle, doutant de leur bien fondé. Comment représenter la démocratie au théâtre ? Il fallait un texte.

Laurent Gutmann a choisi le récit somptueux d’Alexis de Tocqueville, écrit en 1831, alors que celui-ci se trouve aux États-Unis, pour observer comment y fonctionnent la société et les institutions. Saisissant de clairvoyance, ce philosophe tout à la fois moralisateur, penseur politique et sociologue, décèle déjà dans ce mouvement – seule issue « providentielle » –, les germes de sa propre désintégration.

Pour mieux traduire cette pensée, Laurent Gutmann a choisi une mise en abyme, dans laquelle les cinq acteurs répèteront devant nous, démocratiquement, passant au crible, le théâtre lui-même. Une réflexion sur la manière de représenter la liberté et l’égalité et faire de ces principes, le fondement des relations entre acteurs et spectateurs.

 

 

Plus d'infos: ici

 

samedi 25 novembre à 18:30

dimanche 26 novembre à 15:00

La Vie est une géniale improvisation

© Pascal Gély

 

C’est à une plongée bouleversante dans le XXe siècle et dans l’intimité d’un grand penseur que nous invitent Bruno Abraham-Kremer et Corine Juresco.

En 1923, Vladimir Jankélévitch sort premier de l’Ecole normale supérieure et se lie d’amitié avec celui qui le suit à la deuxième place, Louis Beauduc. De cette relation exceptionnelle par sa durée et sa fidélité naîtra une correspondance – Une vie en toutes lettres – de près de 60 ans, où il sera question de disputes philosophiques, d’engagements, d’éthique, mais aussi de réflexions sur le Pardon et les crimes imprescriptibles de la Shoah.

Une pensée en mouvement, où pointent humour et amour de la musique, d’un homme qui chercha toute sa vie l’accord parfait entre ses pensées et ses actes, un témoignage qui nous réconcilie avec ce que l’Homme peut faire de mieux.

 

 

Plus d'infos : ici

 


Décembre

vendredi 1 décembre à 21:00

Hommage à Chet Baker et Miles Davis

 

 

Deux grands maîtres de la trompette, deux univers musicaux. En 1948, quand Miles Davis fonde son groupe, avec l’arrangeur Gil Evans, il invente un nouveau format d’orchestre.

Entre big band et petite formation, il crée un nonet, dont chaque section imite l’un des registres de la voix humaine. Tempi lents, orchestration riche, arrangements soignés, le Cool Jazz est né, rompant avec l’énergie du bebop. Dix ans plus tard, Chet Baker fait cohabiter le langage bebop et l’art de la ballade, la force et la délicatesse. Lyrisme, assise rythmique, improvisation de longues phrases sinueuses et sensuelles, une virtuosité plus magique que technique donne « épaisseur et profondeur » à la musique de Chet. Riccardo Del Fra, dernier contrebassiste du groupe de Chet Baker, sera le guide de ce concert, au côté de Hervé Sellin au piano.

 

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

dimanche 3 décembre à 17:00

Royal !
Haendel - Haydn : du baroque au classique

© Eric Laforgue
 

 

La musique sait parfois nous saisir comme le fait le spectacle de la nature, non en l’imitant mais en l’égalant en force.

Georges Ier d’Angleterre l’avait bien compris en faisant accompagner sa procession sur la Tamise par les Water Music expressément commandées à Haendel, avec forces fanfares et timbales. Quelques décennies, c’est à Georges II que Haendel destine ses Feux d’artifice royaux pour célébrer la victoire de la Guerre de succession sur l’Autriche. Compositeur classique, Haydn aussi connaissait la portée des effets, lui qui dans son oratorio La Création fait entendre la naissance du monde.

 

Apogée de la symphonie classique, la 103e fera entrer les effets de plein airs dans la salle de concert.

 

 

Georg Friedrich Haendel 1685-1759
Water Music (Musiques sur l’eau),
suite nº 1 en fa majeur, HWV 348
Musique pour les Feux d’artifice royaux, HWV 351

Joseph Haydn 1732-1809
Le Monde de la Lune, ouverture
Symphonie nº 103 en mi bémol majeur,
« Roulement de timbales », Hob. I: 103

 

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

mercredi 6 décembre à 14:30


La tête de l'emploi

© Aymeric Warme-Janville


 

Un gros fromager, un garagiste timide, un graphiste bobo, mais aussi un mystérieux professeur de solfège… Voilà une galerie de portraits de métiers haute en couleurs, rythmée, ludique et poétique, jouée et chantée par trois comédiens multi-instrumentistes.

Une adaptation scénique drôle, tendre et bienveillante du livre-disque La Tête de l’emploi d’Antoine Sahler, sorti chez Actes Sud Junior. Au Théâtre de Suresnes.

 

Plus d'infos : ici

 

dimanche 10 décembre à 17:00

Make 'Em Laugh
De Fats Waller à Jerry Lewis

 

Chacun aura reconnu le titre de l’une des chansons les plus célèbres de la comédie musicale Chantons sous la pluie, véritable hymne au monde du spectacle et à Hollywood.

Avec les dix-sept musiciens du Big Band du conservatoire du Xe arrondissement de Paris, Antoine Hervé nous fait traverser les plus grands succès, véritable hommage aux entertainers qui ont illuminé le jazz du XXe siècle. Un élixir anti-morosité auquel nous convient ces musiciens, pour venir chanter et rire aux éclats, en famille.

 

Plus d'infos: ici

 

 

vendredi 15 décembre à 21:00

Ladies First
De Loïe Fuller à Joséphine Baker

 

© Nicolas Doubre
 

 

 

Elles ont de 12 à 20 ans et une pêche impressionnante. Elles, ce sont les « Ladies » de Marion Muzac, une bande de jeunes filles d’aujourd’hui qui revisitent les danses des pionnières d’autrefois : Isadora Duncan, Loïe Fuller, Ruth Saint-Denis et Joséphine Baker.

Ces vingt danseuses, recrutées dans toute la France par la chorégraphe, reprennent le flambeau de la modernité. Si l’on peut reconnaître ici et là quelques emprunts à ces précurseurs, elles donnent surtout leur version des danses féminines d’aujourd’hui, avec leurs héroïnes et leurs sources d’inspirations, aussi riches et diverses qu’elles-mêmes. Elles puisent indifféremment dans le twerk, le jazz, ou le Bollywood, dans la danse classique ou la culture populaire. Mieux, elles se transmettent ces danses dans une chorégraphie d’une précision époustouflante avec une joie de vivre chevillée au corps.

Avec un élan et un aplomb formidables, elles font souffler un vent de liberté.

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

dimanche 17 décembre à 17:00

Quatuor de jongleurs

 

 

 

Certains le savent déjà, la jonglerie se regarde, mais avec Vincent de Lavenère, elle s’écoute. Inventeur de cette idée folle d’une jonglerie sonore, celui-ci poursuit sa recherche d’une écriture rythmique et mélodique, hautement sophistiquée.

Telle la pomme d’Isaac Newton, chaque balle retombe dans la main qui l’a lancée, produisant un son spécifique et répété, révélant un rythme tantôt syncopé, tantôt saccadé, tout droit sorti d’une partition en trois dimensions. Alors, art de la jonglerie ou art musical ? En développant un instrumentarium spécifique fait de timbres et de sonorités inédites, conjugué à un nouveau vocabulaire gestuel de jonglerie, ce formidable quatuor nous offre une partition virtuose et féérique, où l’image se double de mille sonorités.

 

Plus d'infos: ici

 

 

 


Janvier

vendredi 12 janvier à 21:00

Samedi 13 janvier à 21:00

dimanche 14 janvier à 17:00

(S)acre

© Manon Rénier

 

Concert-chorégraphique
Interprétation libre du Sacre du printemps d’Igor Stravinsky
Chorégraphie David Drouard

David Drouard inscrit onze danseuses et musiciennes dans une scénographie végétale, traduisant le lien par essence sacrificiel, entre la Femme et la Nature, dans ce ballet mythique.

 

 

Plus d'infos: ici

 

 

samedi 13 janvier à 18:30

dimanche 14 janvier à 15:00

mardi 16 janvier à 21:00

Cités danse connexions #1

© Ambrosetti photography

 

 

La partie immergée de l'iceberg - Chorégraphie Sonia Duchesne
Reflets - Direction artistique, chorégraphie et interprétation François Lamargot

Première soirée consacrée aux jeunes talents : à ce narcisse intranquille qui coure après son image ou à ce duo qui danse en écho au film déjanté, L’Iceberg.

 

Autour du spectacle :Atelier de danse hip hop, Atelier d'initiation au hip hop

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

vendredi 19 janvier à 21:00

samedi 20 janvier à 21:00

dimanche 21 janvier à 17:00
 

Cartes Blanches

© Benoite Fanton

 

 

Direction artistique et chorégraphie Mourad Merzouki

Une traversée dans l’aventure hip hop de Mourad Merzouki, avec les six danseurs qui, par leur gestuelle singulière, façonnèrent le style de sa compagnie, de Käfig à Pixel.

 

Plus d'infos ici

 

 

 

lundi 22 janvier à 21:00

mardi 23 janvier à 21:00

mercredi 24 janvier à 21:00

 

Cités danse connexions #2

 

© Christophe Raynaud De Lage

 

 

Le Jardin des cris - Chorégraphie Ibrahim Sissoko
S/T/R/A/T/E/S - Quartet - Chorégraphie Bintou Dembélé

Second programme consacré à la house dance en solo et à la « danse-théâtre » libératrice de Bintou Dembélé.

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

 

vendredi 26 janvier à 21:00

samedi 27 janvier à 21:00

dimanche 28 janvier à 17:00

 

25 ans de hip hop
Soirée anniversaire

 

© Dan Aucante

 

 

Coordination artistique Farid Berki

Une soirée magique, avec plus de 20 danseurs, pour parcourir les succès de Suresnes cités danse, qui firent de ce festival, le lieu de l’audace et de l’inventivité du hip hop.

 

Plus d'infos ici

 

 

 

mardi 30 janvier à 21:00

mercredi 31 janvier à 21:00

 

Elektrik

© Laurent Paillier

 

 

 

Chorégraphie Blanca Li

Blanca Li revient avec ceux qui avaient branché le plateau Jean Vilar sur du 10.000 volts, avec leur danse électro énergique, puissante, vibrante et positive.

 

Plus d'infos: ici

 

 


Février

 

 

samedi 3 février à 21:00

dimanche 4 février à 17:00

 

Quintette

© Jody Carter

 

 

Chorégraphie et mise en scène Jann Gallois

Comment d’un infime décalage gestuel, nait l’union ou la désunion des corps, l’amour ou le rejet, la réconciliation ou la méfiance ? Une question que pose Jann Gallois avec quatre danseurs.

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

 

vendredi 9 février à 21:00

samedi 10 février à 21:00

dimanche 11 février à 17:00

Finding Now

© Dan Aucante

 

 

Chorégraphie Andrew Skeels

La danse est l’art du mouvement, mais surtout l’art du moment, de celui qui s’inscrit dans un « ici et maintenant » vital. Un moment suspendu que nous offrent 8 danseurs, sur des musiques baroques.

 

Plus d'infos: ici

 

 

mercredi 14 février à 14:30

Les mercredis au Théâtre

Boîte à gants

 

 

Conception, mise en scène et musique Clément Paré
et Grégory Truchet

Dix, vingt, cent, combien de doigts sont-ils à se faire des surprises et à se chamailler ? Tout y passe : une bataille intergalactique, un poulailler déjanté, un jardin secret, une star du music-hall ! Un spectacle en comptines et poésies, qui révèlent un univers tout en finesse où « l’imaginaire est roi et l’humour fou ». 

 

Plus d'infos: ici

 


 

Mars

vendredi 9 mars à 21:00

 

e-passeur.com

(c) Cie Sur le seuil

Texte et mise en scène Sedef Ecer

Trois femmes migrantes sont confrontées à celui qui a pris le contrôle des frontières, le Passeur, qui ne leur laisse pour seule identité, ultime repère, qu’un smartphone.

 

Plus d'infos: ici

 

 

dimanche 11 mars à 15:00

mardi 13 mars à 21:00

J'appelle mes frères

(c) D.R.

 

 

De Jonas Hassen Khemiri
Mise en scène Noémie Rosenblatt

Amor, jeune suédois issu de l’immigration, erre, terrifié parce qu’il ressemble comme un frère à ceux qui viennent de commettre un attentat. Réalité ou paranoïa ? Un point de vue cinglant sur l’intégration.

 

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

vendredi 16 mars à 21:00

Mélancolie(s)

(c) Pascale Fournier

 

 

Création et adaptation collective à partir des Trois Soeurs et d’Ivanov d’Anton Tchekhov
Mise en scène Julie Deliquet

À partir des deux pièces de Tchekhov, Julie Deliquet construit le portrait d’une génération désenchantée des années 70, happée par la mélancolie, qui lui confisque son destin.

Plus d'infos: ici

 

 

dimanche 18 mars à 15:00

mardi 20 mars à 21:00

1300 grammes

© Guillaume Garcia

 

 

Texte Léonore Confino
Mise en scène Catherine Schaub

Léonore Confino et Catherine Schaub s’aventurent dans le fonctionnement de notre cerveau, lieu unique de nos émotions, de notre bonheur, de notre désir et de nos souvenirs enfouis.

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

dimanche 18 mars à 17:00

Nos éducations sentimentales

(c) Maëlle Grange

 

 

Texte et mise en scène Sophie Lecarpentier

Sophie Lecarpentier dessine les contours d’une génération au quotidien narcissique, qui fait avorter les grandes comme les petites ambitions.

Plus d'infos: ici

 

 

 

vendredi 23 mars à 21:00

L'abattage rituel de Gorge Mastromas

 

(c) Solange Abaziou

Texte Dennis Kelly
Mise en scène Chloé Dabert

Chloé Dabert se passionne pour l’écriture nerveuse et sans concession de Dennis Kelly, qui pointe l’absence de scrupules d’un homme ordinaire décidé à faire le mal pour son bien.

Plus d'infos: ici

 

 

dimanche 25 mars à 17:00

 

Dernières paroles

(c) D.R.

 

 

Les Cris de Paris
Direction musicale Geoffroy Jourdain

Les Cris de Paris s’arrêtent sur le compositeur du XVIe siècle dont l’art du contrepoint servît le désir d’ascèse de la Réforme, aux lignes mélodiques d’une grande majesté.

 

Plus d'infos: ici

 

 


Avril

 

 

vendredi 6 avril à 21:00

Sacre et Milena & Michael

(c) Emanuel Gat

 

Chorégraphie Emanuel Gat

Après un duo tout en finesse, cette relecture incandescente du Sacre du Printemps réussit la gageure de faire danser la salsa sur le rythme enivrant de la partition.

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

 

dimanche 8 avril à 17:00

Danses

(c) Marc-André Desanges

 

 

 

Orchestre-Atelier Ostinato
Direction Jean-Luc Tingaud

Jeux rythmiques, mélodies envoûtantes et exaltantes, Jean-Luc Tingaud nous fait entendre avec son orchestre, ce que la danse doit à la musique, à moins que ce ne soit l’inverse..

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

 

 

mardi 10 avril à 21:00

mercredi 11 avril à 21:00

 

La nostalgie des blattes
C’était mieux avant quand c’était encore pire

(c) Giovanni Cittadini Cesi

 

 

 

Texte et mise en scène Pierre Notte

Faux Alzheimer, vraies rides, corps usés, ces deux « vieilles » se chamaillent, se confient et finiront par se soutenir contre la société aseptisée qu’elles voient poindre.

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

 

 

jeudi 12 avril à 21:00

Adieu, Ferdinand !

(c) Gilles Vidal

 

 

 

Texte, mise en scène et interprétation Philippe Caubère

C’est à un testament jubilatoire auquel nous convie Philippe Caubère, dont l’humanité, le courage et le talent hors norme, ont façonné des spectacles inoubliables.

 

 

Plus d'infos: ici

 

 

 


Mai

 

 

jeudi 3 mai à 21:00

Carte blanche à Antoine Hervé

 

 

Piano Antoine Hervé
Et un Quartet

Antoine Hervé réinventera les meilleures pièces de l’Orchestre national de Jazz, ses musiques de ballet, ainsi que de nouvelles compositions, entouré d’un quatuor de jeunes talents.

 

Plus d'infos:ici

 

 

 

mardi 15 mai à 21:00

Chant Katia Guerreiro

Até Ao Fim

© Pedro Ferreira

 

 

 

De toutes les fadistas de la nouvelle génération, Katia Guerreiro est sans doute la plus fidèle à l’esprit, au phrasé. Un talent qui renvoie à l’enivrante beauté du fado.

 

Plus d'infos:ici

 

 

 

mardi 22 mai à 21:00

Danse Ana Morales

Una mirada lenta

© Jean-Louis Duzert
 

 

 

Ana Morales est une danseuse de flamenco aussi envoûtante que sauvage, qui manie le zapateado avec une virtuosité élégante, précise, toute de passion retenue.

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

 

vendredi 25 mai à 21:00

Medz Bazar
Musique d’Arménie, Turquie, Grèce, Iran...

© Samuel Buton

 

 

 

Avec Kerovpyan Vahan, Kerovpyan Shushan, Nuroglu Ela, Can Ezgi, Pibarot Marius, Tchakerian Sevana

Les dix musiciens de Medz Bazar transforment la salle Aéroplane en un véritable caravansérail, halte chaleureuse des musiques arméniennes, grecques, turques, d’Iran ou encore yiddish…

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

 

dimanche 27 mai à 17:00

Varduhi Yeritsyan

© Carlotte Bommelaer

 

 

Œuvres pour piano seul de Tchaïkovski, Prokofiev, Khatchaturian, Scriabine
Piano Varduhi Yeristyan

Programme russe et arménien au travers de pièces touchantes et d’un grand raffinement poétique, qui font la part belle à l’enfance et révèlent leurs sources mélodiques traditionnelles.

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

 

mardi 29 mai à 21:00

mercredi 30 mai à 21:00

J'ai des doutes

 

 

 

D’après Raymond Devos
Conception François Morel

Fascinés par ce clown au « grain? de folie capable d’enrayer la mécanique bien huilée de la logique », François Morel et Antoine Sahler flirtent avec la poésie qui sonne comme une promesse d’un temps suspendu.

 

Plus d'infos: ici

 

 

 

 

 


Présentation de saison 2018/2019

_

 


 

Réservations :

Sur Internet : ici.
Par téléphone au 01 46 97 98 10.
Par mail : reservation@theatre-suresnes.fr


Site par ID-Alizés / Design Pycna